ดาวน์โหลดแอป_แจก เครดิต ทดลอง เล่น ฟรี_นำเข้า Slot ออนไลน์_สล็อตทุกรูปแบบ_ทํางานคาสิโน ปอยเปต

à une époque on l’appelait ??Confrère Carlier??. Aujourd’hui c’est ??Monsieur le ministre???! Oneil Carlier vient tout juste d’être nommé ministre de l’Agriculture, des Forêts et du Développement rural par la première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, dans la foulée du ‘chinook orange’ qui a balayé cette province et mis en place un gouvernement majoritaire NPD, à la surprise générale, à l’issue des élections du 5 mai dernier. Oneil Carlier a un rapport très particulier avec ses électeurs et électrices des régions agricoles d’une part, et le mouvement syndical, de l’autre. Originaire d’une famille d’agriculteurs qui a élevé du bétail et fait planter des cultures diverses et ce, pendant plusieurs générations, il a passé 20 ans en tant que technicien géotechnique à Agriculture et Agroalimentaire Canada. Durant ces deux décennies, Oneil Carlier a affuté ses capacités de militant dans le cadre de son travail pour le Syndicat de l’Agriculture. En 2002, il a été embauché en tant que représentant régional par notre agent négociateur, l’Alliance de la fonction publique du Canada, en Alberta. Oneil Carlier est l’un des douze ministres seulement d’un cabinet – le plus petit de l’histoire de l’Alberta – au sein duquel la présence des deux sexes est parfaitement équilibrée. Nous souhaitons à ‘Monsieur le Ministre’ de réussir dans tout ce qu’il entreprendra dans le cadre de son nouveau portefeuille. Le ‘confrère Carlier’ est l’exemple type du crédo du mouvement syndical?: Ce que nous désirons pour nous-mêmes, nous le souhaitons pour tous?!...

Protestation des membres de Summerland suite à la dernière attaque des conservateurs? contre la négociation collective libre

Les membres du Syndicat de l’Agriculture se joignent à ceux de l’AFPC un peu partout au pays pour s’opposer au Projet de loi C-59, Loi d’exécution du budget. Cette proposition de texte de loi, déposée à la Chambre des communes à la mi-mai, est la dernière attaque lancée par un gouvernement Harper revanchard contre la libre négociation collective. Ce texte permettrait à l’employeur de modifier unilatéralement les conventions collectives pour en retirer les congés de maladie et imposer un régime d’assurance-invalidité à court et à long terme, en dehors des conventions collectives. Cette véritable massue législative aux mains des conservateurs rejetterait la négociation collective actuelle ainsi que les lois en vigueur sur les relations de travail dans la fonction publique. Notre agent négociateur, l’Alliance de la fonction publique du Canada, avait temporairement suspendu les discussions contractuelles pendant qu’il examinait ses options. Sur la photo ci-dessous on reconnait nos membres au Centre de recherches agroalimentaires du Pacifique de Summerland (C.-B.), qui ont répondu à l’appel lancé par l’Alliance pour protester contre le Projet de loi C-59, Au cours de cette manifestation du 19 mai, les participant(e)s ont apposé leur signature sur une banderole en guise d’appui aux membres de leur équipe de négociation. La présidente de la Section 20043, Darrell-Lee McKenzie, et ses membres ont été rejoint par Bob Jackson, membre du Syndicat de l’Agriculture et vice-président de l’AFPC pour la région de la Colombie-Britannique.    ...

Appui inconditionnel à la Campagne d’action politique de la part délégué(e)s du Syndicat de l’Agriculture au Congrès de l’AFPC

Des centaines de déléguées ont accouru, la dernière semaine du mois d’avril, au Congrès national triennal de note agent négociateur, l’Alliance de la fonction publique du Canada. Toutes les personnes assistant à cet important événement, à Québec, étaient animées d’une grande détermination, soit celle de mettre en place une stratégie pour s’opposer aux compressions en cours imposées par le gouvernement conservateur, aux emplois et services de la fonction publique. La prochaine élection fédérale d’octobre a suscité un engouement supplémentaire pour la mise en place de diverses actions. C’est ainsi qu’une résolution d’urgence a été adoptée à l’unanimité et avec grand enthousiasme. Les délégué(e)s du Syndicat de l’Agriculture ont été à l’avant-scène pour manifester fortement leur soutien à l’appel lancé par l’AFPC pour le lancement d’une offensive pour faire échec aux attaques incessantes du gouvernement Harper contre nos membres. La résolution en question demande à l’AFPC de dépenser jusqu’à concurrence de 5 millions de dollars, venant de son excédent, pour mener une campagne stratégique destinées?: à s’opposer aux actions du gouvernement qui risqueraient de compromettre l’un quelconque des droits de nos membres, à poursuivre la syndicalisation et la mobilisation de nos membres dans le cadre d’actions concentrées et stratégiques, en collaboration avec d’autres syndicats, pour défendre nos droits à la négociation, à entamer les poursuites juridiques nécessaires pour défendre notre droit constitutionnel à des négociations collectives libres, et à faire en sorte d’élire un gouvernement fédéral qui respecte les droits des travailleurs et travailleuses et des syndicats, et les services publics, et qui gouverne pour le bienfait des travailleurs canadiens et travailleuses canadiennes. Cette résolution d’urgence faisait partie d’un nombre...

Deux de nos dirigeants de longue date au Québec se voient attribuer la qualité de membre à vie du Syndicat de l’Agriculture

Le travail accompli par deux de nos dirigeants de longue date, du Québec, a été reconnu par le Conseil national qui leur a attribué la qualité de membre à vie au Syndicat de l’Agriculture. Un tel honneur est relativement rare, mais dans ce cas-ci il est largement mérité. Cette prestigieuse récompense rend hommage aux femmes et aux hommes dont le dévouement sans fin envers le bien-être de leurs consoeurs et confrères leur mérite une place très spéciale dans l’histoire et l’évolution de notre syndicat. Le nombre maximal de membres à vie est fixé par le Conseil national qui examine les mises en candidature à ce groupe exclusif. Les deux derniers membres de longue date à recevoir ce titre de membre à vie le méritent amplement. Rapha?l Tarasco a pris sa retraite de la Section 10012 de Montréal après avoir passé trois décennies aux services des membres du Syndicat de l’Agriculture. Agissant tout d’abord en tant que délégué de sa section en 1983, Rapha?l s’est engagé de plus en plus, passant de président du comité local de la santé et sécurité aux postes de vice-président puis de président de sa section, et enfin à celui de vice-président de la région de l’Ouest du Québec. Il a mis un point final à sa carrière syndical comme troisième vice-président exécutif national de 2011 à 2014. Denis Sicard, qui quant à lui a pris sa retraite de la Section locale 10012, a consacré près d’un quart de siècle de sa vie à défendre les droits des membres du Syndicat de l’Agriculture. Sa carrière au sein du mouvement syndical ressemble à bien des aspects...