สมัครงานคาสิโน มาเลเซีย_เว็บเล่นสล็อต_คาสิโน มาเก๊า ที่ไหนดี_ทาง เข้า happyluke ฟรี 300_ปั่นสล็อตออนไลน์

POUR DIFFUSION IMMéDIATE

Vancouver (22 avril 2014) — L’unité des inspecteurs des aliments dédiée à la protection des consommateurs et des détaillants contre la fraude et l’étalage insalubre des aliments dans le Grand Vancouver a été démantelée.

La région métropolitaine de Vancouver est maintenant la seule grande ville au Canada sans une équipe d’inspecteurs de l’ACIA dédiée à protéger les consommateurs contre la publicité fallacieuse relative aux aliments, les fraudes dans la pesée, la description trompeuse des produits et des pratiques insalubres d’étalage des aliments.

L’unité de protection des consommateurs du Grand Vancouver a été démantelée dans la foulée du projet d’Ottawa d’effectuer des compressions de 35 M$ et de 192 postes dans les programmes de salubrité alimentaire de l’ACIA d’ici l’année budgétaire 2016/17.

La direction de l’inspection du Grand Vancouver a vu ses effectifs fondre de 11 inspecteurs au moment de la création du programme au milieu des années 1990 à seulement 4 inspecteurs aujourd’hui. Victoria et Kelowna ont seulement 2 inspecteurs chacune, alors qu’elles en avaient 3 au lancement du programme.

L’unité a été démantelée à la fin de janvier. Aujourd’hui les inspecteurs restants ont été intégrés dans d’autres équipes de l’ACIA, où ils sont censés poursuivre leur travail de protection des consommateurs.

Simultanément, l’ACIA prévoit diminuer considérablement ses plans d’inspection de protection des consommateurs dans le Grand Vancouver cette année. Les consommateurs feront donc face à des risques accrus liés aux fraudes alimentaires et aux manquements dans la salubrité.

? Avec la pénurie d’inspecteurs, même ce plan amputé de répression des fraudes et de prévention des risques de salubrité deviendra probablement impossible à remplir, ? dit Bob Kingston, président du Syndicat Agriculture –? AFPC, qui représente les inspecteurs fédéraux des aliments.

Le plan 2014 d’inspection pour la protection des consommateurs entra?nera?:

  • Moins d’inspection de la viande hachée. Cela signifie qu’il y aura moins de vérification de la teneur en gras, des additifs et agents de remplissage, et des allégations fallacieuses sur l’origine des viandes (il n’est pas rare que certaines compagnies altèrent leur viande de b?uf avec du porc ou d’autres espèces).
  • La fin de l’inspection des huiles, même si l’altération des huiles constitue un important problème. L’huile d’olive est souvent coupée avec des huiles moins chères, et l’huile d’olive extravierge avec de l’huile de qualité ordinaire ou de l’huile de grignons d’olive.
  • Moins d’inspection des détaillants indépendants cette année.

C’est l’Agence canadienne d’inspection des aliments (l’ACIA) qui est responsable de l’inspection et de la mise en vigueur des lois et règlements relatifs à la fraude dans les produits alimentaires. Malheureusement, l’ACIA a un bilan médiocre en matière de mise en vigueur des règlements, ou même quand il s’agit d’informer les consommateurs et les détaillants dans les cas où l’Agence apprend qu’on a enfreint ses règlements.

??L’ACIA choisit d’ignorer des exemples flagrants d’allégations trompeuses ou frauduleuses sur les produits. Nos histoires de cas démontrent que les consommateurs ont besoin d’être protégés de certaines entreprises qui recourent à des procédés frauduleux ou trompeurs. Plut?t que de démanteler son unité de protection des consommateurs, le gouvernement devrait poursuivre les entreprises qui fraudent les consommateurs,?? dit Bob Jackson, vice-président régional de l’AFPC pour la Colombie-Britannique.

L’ACIA a entrepris de s’éloigner de son mandat de protection des consommateurs depuis un certain temps.

Récemment, l’agence a ordonné à ses inspecteurs de la protection des consommateurs de cesser de vérifier la température des produits dans les vitrines réfrigérées ou chauffées des commerces de détail. Cela pose un problème de salubrité des aliments puisque des températures trop élevées ou trop basses dans les vitrines multiplient les risques de prolifération bactérienne ou autre dans les aliments.

En Ontario l’unité de protection des consommateurs de l’ACIA connue comme le Programme sur les pratiques équitables d’étiquetage a été coupée de 50?%. Un seul inspecteur est maintenant responsable de la protection des consommateurs pour tous les commerces d’alimentation au détail de la Ville de Toronto.

Toronto

1 inspecteur, 4 postes non comblés

Markham

?2 inspecteurs

Hamilton

2 inspecteurs,?3 postes non comblés

London

2 inspecteurs,?2 postes non comblés

Barrie

1?inspecteur

North Bay

??1 poste non comblé

Belleville

?1 poste non comblé

Thunder Bay

? 1 inspecteur

Ottawa

?2 inspecteurs

??Les inspecteurs qui travaillent dans ces unités sont très préoccupés du travail qu’ils accomplissent pour protéger les consommateurs des allégations frauduleuses et des menaces potentielles à la salubrité. Ils poussent les gestionnaires de l’ACIA à appliquer la règlementation et à poursuivre les délinquants. Sans leur action revendicatrice, l’ACIA abandonnera complètement la protection des consommateurs,?? observe Kingston.

-30-

Pour information: Jim Thompson 613-447-9592

Références

Le gouvernement fédéral planifie d’amputer le programme de salubrité des aliments de l’ACIA de 35 M$ et de 192 postes d’ici 2016/17

Source?:?Agence canadienne d’inspection des aliments — Budget des dépenses 2014-2015 Partie III — Rapport sur les plans et les priorités — Conseil du Trésor du Canada

Notes d’allocution

mardi, 22 avril 2014?–?Les coupures à l’Agence canadienne d’inspection des aliments sabotent la protection des consommateurs contre les fraudes dans le Grand Vancouver